Élections 2023: la CNDH promet de déployer ses moniteurs pour veiller sur le comportement des acteurs impliqués dans le processus électoral

A la une Election

Le président de la commission nationale des droits de l’homme ( CNDH), Paul Nsapu accompagné d’une forte délégation a échangé le mardi 12 décembre, avec la Conférence épiscopale nationale du Congo ( CENCO) sur l’observation électorale, en prélude aux élections combinées du 20 décembre de l’année en cours.

Selon le président de la CNDH Paul Nsapu, cette visite est dans le cadre d’une tournée à la fois sociale et diplomatique de leur part en tant qu’une institution d’appui à la démocratie. Par ailleurs, il a souligné que c’est une démarche de consultation des acteurs impliqués dans le processus de l’organisation des élections, autour, bien sûr, du pouvoir organisateur des élections, la CENI.

En marge de leurs échanges, Paul Nsapu, a promis que la CNDH veillera à travers ses moniteurs, sur le comportement de tous les acteurs impliqués dans le processus électoral, notamment les candidats, les électeurs, les observateurs électoraux, et la commission électorale nationale indépendante elle-même ( CENI), ainsi que d’autres partenaires.

« Aujourd’hui, Mgr Donatien N’Shole nous a reçus parce que nous devons faire savoir à ces acteurs la mission de la CNDH, qui va déployer ses moniteurs en matière de droits de l’homme, et qui va intensifier aussi son monitoring sur les questions des élections. Donc, nous sommes déjà sur le terrain pour encadrer ce processus électoral tant qu’on peut, chacun dans sa tâche », a expliqué le président de la CNDH Paul Nsapu, après la sortie des échanges avec l’observation électorale ( CENCO).

De son côté, Donatien N’Shole s’est réjoui de voir la CNDH se pencher sur la question des élections. Il a invité à cet effet, ses animateurs à attirer l’attention de la CENI sur le respect des droits des électeurs.

Le secrétaire général de la CENCO, s’est exprimé ensuite sur l’inquiétude de la population sur la tenue des élections, à huit jours de la date prévue par la centrale électorale, au regard du déploiement des matériels dans les bureaux de vote du pays. Au risque de voir certains bureaux de vote fermés le jour des scrutins.

« Il faut éviter que le jour du vote certains bureaux ne s’ouvrent pas, parce que les matériels nécessaires ne sont pas arrivés. Et là, on aura empiété sur le droit de vote de ceux qui s’étaient enrôlés dans ces bureaux » a averti Mgr Donatien

N’Shole Gloire MALUMBA

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *