Les élections législatives provinciales de décembre 2023 à Kinshasa ont suscité une série de contestations qui seront examinées par la Cour d’appel de Kinshasa/Gombe du 4 au 8 mars. Ce processus judiciaire fait suite à la publication des résultats provisoires par la Commission électorale nationale indépendante (CENI), qui a révélé les noms de 688 députés provinciaux élus sur les 780 attendus pour l’ensemble de la République Démocratique du Congo (RDC).

La ville-province de Kinshasa, ayant enregistré un nombre élevé d’électeurs, se voit attribuer un plus grand nombre de députés provinciaux. Cependant, la validation des mandats de ces représentants élus ne s’est pas déroulée sans heurts. Le président de la CENI, Denis Kadima, a encouragé les candidats mécontents à faire appel à la justice pour contester les résultats, soulignant que les erreurs, bien que rares, sont possibles et que les tribunaux sont là pour les corriger.

L’assemblée provinciale de Kinshasa a, quant à elle, validé les mandats de 44 députés le 26 février, tout en prévoyant la création d’une commission pour examiner les 4 sièges restants, destinés aux chefs coutumiers qui seront cooptés.

Ces audiences sont cruciales pour la stabilité politique de Kinshasa et pour la confiance des citoyens dans le processus électoral. Elles représentent également un test significatif pour l’indépendance judiciaire et la capacité des cours à traiter efficacement les contentieux électoraux.

Laisser un commentaire