Le Conseil Supérieur de l’Audiovisuel et de la Communication (CSAC) a émis une mise en garde sévère à l’encontre des médias conventionnels et des plateformes en ligne qui pourraient être tentés de valoriser ou de justifier les actes de rébellion et les comportements séditieux. Cette mise en demeure intervient en réponse aux actions menées par des éléments associés au mouvement M23, actif dans l’est de la République Démocratique du Congo.

Le CSAC a clairement indiqué que toute personne diffusant des messages de soutien ou faisant l’apologie de ces groupes sur les réseaux sociaux s’exposerait aux mêmes sanctions que celles infligées aux meneurs de ces mouvements. L’organisme insiste sur l’importance pour les professionnels des médias de respecter leur code déontologique en refusant toute forme de justification des activités illégales.

Le président du CSAC, garant de l’éthique médiatique, a affirmé que l’organisme n’hésiterait pas à prendre des mesures rigoureuses contre toute violation de ces principes éthiques. Il souligne qu’aucun argument, aussi élaboré soit-il, ne peut excuser l’atteinte à l’honneur national que représente l’utilisation d’armes contre la nation.

La déclaration se termine par une bénédiction pour la RDC, soulignant l’engagement du CSAC à protéger l’intégrité de la nation et de ses citoyens.

Laisser un commentaire