RDC SÉCURITÉ : Une réponse militaire ferme proposer par la monusco pour régler le problème du M23

Politique

Le problème de l’insécurité à l’Est de la RDC ne passe pas inaperçu aux organisations internationales, le mercredi 1er juin la représentante spéciale du secrétaire général de l’ONU Bintou Keita déclaré à Goma qu’une réponse militaire ferme à toute provocation constituera l’une des conditions pour régler définitivement le problème M23.

Dans des années passées, ils ont pu ramener ensemble avec les FARDC un calme dans les deux territoires, elle s’implique pour que ce calme demeure pour toujours.
« Ensemble avec les Fardc avons pu ramener le calme dans les deux territoires congolaise. Mais nos efforts doivent se poursuivre pour régler le problème M23 une bonne fois pour toute. Cela passera par une réponse militaire ferme à toute provocation ou attaque », a-t-elle affirmé.

Concerant la situation des terroristes du M-23, il faut savoir que, Mme Bintou Keita a ajouté deux autres conditions à savoir:
1. un engagement politique de bonne foi.
2.  une opérationnalisation du Programme désarmement, démobilisation, relèvement communautaire et stabilisation (PDDRC-S), province par province.

Pour elle, c’est une réponse politique où chacun s’engage de bonne foi.
Les pays de la région ont créé eux-mêmes des mécanismes, notamment le Mécanisme Conjoint de vérification elargi chargé de surveiller et de mener des enquêtes sur les incidents de sécurité dans la région des Grands Lacs. C’est la collaboration et la transparence qui doivent prévaloir.
Face à la réémergence du M23, la cheffe de la MONUSCO va lancer dans l’urgence une  l’opérationnalisation du Programme DDRCS province par province ».

De nouveaux combats ont opposé les Forces armées de la RDC (FARDC) et les terroristes du M23 sur plusieurs fronts dans la localité de Kibumba et le groupement de Buhumba, dans le territoire de Nyiragongo, au Nord-Kivu.

Lors de ces attaques, la MONUSCO a utilisé tous ses moyens, y compris ses hélicoptères, pour riposter aux attaques lancées contre elle et soutenir l’armée congolaise, fait savoir Mme Keita.

S’agissant de l’intérêt des civils, la MONUSCO va continuer en plaçant toujours la protection des civils au cœur de sa stratégie, mais avec la plus grande détermination, dans le strict respect des droits de l’homme et du droit international humanitaire », a-t-elle affirmé.

Rédaction/ Plus24actu.com
Source/ Radio Okapi

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *